La thérapie cognitivo-comportementale (T.C.C.) : définition

Une thérapie cognitivo-comportementale a pour cadre de référence les théories de l'apprentissage.

Ces théories partent du postulat que la majorité de nos souffrances, de nos angoisses proviennent du fait que les individus interprètent les situations qu'ils vivent. Les individus se constituent au fil du temps, des schémas cognitifs au travers de leurs diverses expériences. Ces schémas peuvent entraîner une vision erronée des situations vécues.

Ainsi, les souffrances vécues par les individus résideraient dans le fait de pensées dysfonctionnelles, pensées acquises au travers les expériences (et ce dès les premiers jours de vie).

Pour diminuer ces souffrances, le thérapeute et le sujet vont chercher à travailler sur ces pensées dysfonctionnelles. Il va s'agir dans un premier temps de les repérer. Puis dans un second temps, d'induire d'autres pensées afin de changer les comportements du sujet.

Le thérapeute en T.C.C. va aider le sujet à analyser les interactions entre ses pensées, les émotions qui en découlent et le comportement engendrer par ces pensées et ces émotions.

L'individu est en effet sujet à des distorsions ou inférences cognitives. Ces pensées automatiques  sont source de souffrance.

Les thérapies cognitivo-comportementalistes sont des thérapies brèves, environ six mois maximum. Au départ, le thérapeute et son patient définissent les objectifs de la thérapie et sa durée. A la fin de la thérapie, ils opèrent ensemble une évaluation, ils font un bilan. Le thérapeute travaille avec des techniques très cadrées. Il va s'intéresser à "l'ici et maintenant".

Les thérapies cognitivo-comportementalistes sont indiqués notamment dans le traitement :

  • des phobies
  • des troubles obsessionnels compulsifs (TOC)
  • de l'anxiété
  • des troubles alimentaires (boulimie, anorexie)
  • de la dépression
  • des addictions (alcool, tabac, drogue, jeux...)

(liste non exhaustive)